Le chatbot Random Lunch s’invite à déjeuner


Par Gérald Dudouet | le lundi 30 avril 2018 | Logiciel de gestion des temps
Le chatbot Random Lunch s’invite à déjeuner

Créé en septembre 2017, le chatbot Random Lunch est à l’initiative d’Adrien Aubry, d’Antoine Barbat et de Johan Van Santen. Ayant vocation à faire se rencontrer, à l’heure du déjeuner, les salariés d’une même entreprise, cet outil est davantage dans une optique de team building quand d’autres jouent la carte du networking. Rencontre avec Adrien Aubry, co-fondateur.  

Comment est né le Chatbot Random Lunch ?

L’idée est née d’un échange universitaire au Mexique, lorsque mon associé et moi-même étions étudiants. Constatant que notre cercle d’amis se limitait à des Français, nous avons imaginé un système de déjeuner où chaque participant devait venir accompagné de quelqu’un d’une autre nationalité. Cela a très bien fonctionné. Plus tard, lorsque nous sommes rentrés, l’un et l’autre, dans la vie active, nous avons fait ce même constat : nous n’échangions qu’avec nos plus proches collègues. Nous avons alors pensé reproduire la même expérience et c’est ainsi que le chatbot Random Lunch  a vu le jour. Nos clients – une vingtaine pour le moment (Métro, SEB, Humanis…) –souhaitent, par son biais, améliorer l’ambiance de travail, développer leur marque employeur, fidéliser leurs salariés et accompagner au mieux les nouveaux arrivants.

Comment fonctionne-t-il ?

Il s’agit d’un portail web où chaque entreprise à sa plateforme dédiée. Le backoffice est destiné aux professionnels de RH ou de la communication interne. Ce sont eux qui vont planifier les dates, l’heure, la fréquence des déjeuners puis lancer l’invitation à l’ensemble du personnel. Ces derniers la reçoivent soit par ChatBox, soit par mail. Pour y participer, ils doivent juste entrer leur mot de passe et leur identifiant sur le portail, puis l’algorithme prend le relais et sélectionne au hasard 4 salariés. L’outil synchronise automatiquement leurs agendas. Via le site ou par mail, ils reçoivent alors un message de confirmation leur indiquant l’endroit où ils se retrouveront, à savoir le bureau de l’un d’eux. Au préalable, ils peuvent également chatter en direct via l’outil, pour fixer ensemble le lieu où ils souhaitent déjeuner. Au bout de 3 mois, nous constatons une utilisation qui va de 30 à 80 % pour l’ensemble des salariés.

En quoi votre outil est-il différent des autres ?

Avec Random Lunch, l’utilisateur a un rôle minime à jouer. La plupart du temps, ce type d’outils demandent aux gens de renseigner des dates, leurs disponibilités, leurs centres d’intérêt… De notre côté, nous avons décidé de pré-créer les comptes et d’inviter les gens à des dates prédéfinies, à fréquence régulière. Cela rentre ainsi dans leurs habitudes. Ils ont juste à s’inscrire et à cliquer sur « je participe ». Chez nos concurrents, ils doivent être plus actifs pour initier la démarche. Disons que nous sommes dans une optique de team building, de brassage, alors qu’eux sont plus dans du networking ciblé. De plus, nous avons choisi de sélectionner 4 salariés et non 2 pour que cela ne soit pas trop intimiste. En outre, nous avons privilégié le déjeuner mystère puisqu’ils n’apprennent que le matin même du rendez-vous l’identité des personnes avec lesquelles ils vont déjeuner.

Transférer cet article à un ami